Ski hike, Briançon, France

AWLT - Serbie

12 janvier 2018

Pourquoi la Serbie ?

Pour être sincère, la Serbie n'a jamais été pour moi un pays à visiter, ni pour le tourisme, ni pour la grimpe. Mais cela a changé à la mi-2016, quand Josh a été contacté par « Outdoor Collective », une ONG basée à Belgrade, pour assister aux projections du festival « Reel Rock 11 » en Serbie et faire quelques coachings pour les grimpeurs locaux. Financé par l'ambassade américaine, il a passé environ 10 jours en novembre, alors que j’étais en Grèce avec la FFCAM. Il a voyagé de villes en villes en découvrant les salles et les falaises que le petit pays permet. Quand il est revenu de son séjour, j’ai eu l’impression qu’il lui a fallu environ une semaine pour revenir à la «vraie vie» ... sa tête était toujours avec les personnes chouettes qu’il a rencontré et dans les beaux vallons dans lesquels il a grimpé. Après en avoir parlé un peu plus, nous avons décidé que la Serbie serait notre deuxième destination du voyage.

Nous avons d'abord contacté Djuk à « Outdoor Collective », dans le but d'offrir notre apport pour des coachings, des conférences, des diaporamas. Dans cette petite communauté, c'était une bonne opportunité pour les grimpeurs d'apprendre et de découvrir un peu plus l'escalade et les trips à travers nos yeux et nos expériences. Grâce à l'ambassade américaine à Belgrade, désireuse d'aider et de promouvoir le développement de l'escalade en Serbie, nous avons un budget pour venir faire un déplacement constructif dans le pays. Le plan était de passer la première semaine à Belgrade, nos week-ends dans les salles d’escalade pour des événements, et de s’installer ensuite dans une ville appelée Nis, dans le sud, où il y a beaucoup d'escalade et de développement à réaliser.

Une semaine à Belgrade

Quand nous sommes arrivés, nous avons été accueillis par Simon, qui a proposé de nous recevoir pour notre séjour à Belgrade avec sa charmante femme Aleksandra et leur fille Milena. Leur appartement, en plein centre-ville, offre une vue magnifique sur le temple de Saint Sava, très spectaculaire à regarder depuis la fenêtre du salon. Le p'tit trio familiale est absolument adorable. Nous nous sentions « comme à la maison », et avons passé de bons moments avec eux.


Le lendemain de notre arrivée, jour anniversaire de Josh, nous avons rencontré Djuk et Veljko membre d’ « Outdoor Collective ». Avec un groupe de leurs amis, nous avons partagé un déjeuner tardif dans une pizzeria installée sur un bateau. Les locaux avaient préparé une surprise pour l'anniversaire de Josh, avec un gros gâteau et quelques cadeaux symboliques. Pour moi, ce fût une belle opportunité de rencontrer tout le monde.

Les jours suivants, nous avons visité différentes salles d’escalade à Belgrade (clubs et pans persos), nous nous y sommes entraînés un peu et avons fait une conférence au centre-ville pour présenter notre trip, visionner des vidéos liées à nos expériences et proposer un diaporama évoquant les réseaux sociaux et le sponsoring. C’était intéressant de réfléchir ensemble sur ce dernier sujet et de proposer une présentation didactisée.

Nous nous sommes également rendus sur deux des spots référents autour de Belgrade :

  • Valjevo


Par de petites routes et à 2h30 de Belgrade, nous rejoignons deux barres de falaise. Ce fût une journée très ensoleillée. Avec des spots exposés plein Sud, nous n’avons pas pu grimper jusqu'au soir, tant la chaleur. Nous avons quand même tapé quelques essais dans une voie au milieu du secteur. Notre premier ressentiment aura été de souffrir sur une variété de trous de type mono, bi, tri… douloureux, aux bordures évidentes, mais très acérées.

Cet endroit est très populaire en Serbie, surtout pour la communauté de Belgrade.

  • Vrsac


A seulement 1h30 au nord de Belgrade, nous avons passé une belle journée sur ce secteur de bloc. Presque tout notre groupe d'amis de la ville est venu pour l'occasion. Ce fût une belle journée de partages. Nous avons développé deux nouveaux blocs, une ligne dans « la grotte » qui vaut environ 7b+, et une sur le chemin principal. Ce dernier bloc était un projet en devenir pour les locaux, mais personne n'a jamais vraiment osé l'essayer. Josh y a mis les doigts, et après quelques essais pour comprendre la séquence, il fit la première ascension, et nomma le bloc « White Castle », pour le petit dessin juste à côté, et le cota 7c.


Séjour à Nis

Notre appartement à Niska Banja

Nous avons passé la plupart de notre temps en Serbie à côté d'une grosse ville appelée « Nis ». Un peu à l'est, à Niska Banja, nous avions un petit appartement, un peu vieux, malodorant et pas vraiment aux normes. La meilleure partie (la pire) était la salle de bain, qui n'avait pas de douche mais un tuyau sortant de l'évier, avec une prise de courant à quelques centimètres, et des fils mis à nu sur le haut du mur. Nous nous sommes abstenus de jouer les vers luisants !


Escalade à Sicevo et Jelasnica

Pour découvrir l'endroit et réaliser du contenu vidéo, nous avons grimpé quelques jours dans la gorge de « Jelasnica », qui est probablement la plus ancienne et la plus grande zone d'escalade de Serbie. C'est une jolie gorge étroite entourée de courtes bandes de falaise et de tours, faites principalement d'un beau calcaire gris compact. Là, j’ai enchainé « Future Land » 8b qui est à ce jour la voie la plus difficile dans la gorge. Cependant, il y a quelques projets éparpillés le long de la gorge, et à en juger par leur difficulté lorsque nous en avons essayé quelques-uns, « Future Land » ne restera pas la voie la plus dure du site pendant longtemps, si seulement quelques grimpeurs motivés venaient dans les environs.


Nous avons grimpé sur deux autres petits secteurs : dans l'évidente petite grotte « H2O » et dans un beau pilier daleux où se trouve "Zilet", un beau 7b+ technique.


Au nord de Jelasnica se trouve la gorge de Sicevo, qui est également connue pour l'escalade dans la région, mais elle est beaucoup plus grande que Jelasnica et a beaucoup plus de potentiel et de diversité. Nous avons passé une belle journée à grimper ici avec Jonathan, Djuk, Velko et Alex. Josh est allé filmer un beau 8a + qu’il a enchaîné l'année dernière « Eagle's Milk », équipé par notre ami Slovène Klemen Becan.


Développement d’une nouvelle zone

Le premier jour où nous nous sommes rendus dans la région de Nis, Djuk et Veljko nous ont fait visiter la gorge de Sicevo, afin que nous puissions envisager un potentiel de développement. Nos yeux ont été attirés par beaucoup de falaises et de piliers intacts. Mais notre regard et nos motivations furent instantanément hypnotisés par une énorme grotte que nous ne pouvions voir furtivement que depuis une infime partie de la route sinueuse. Emballé-pesé, ce serait notre mission pour le reste du séjour.

  • Premiers pas

La première difficulté pour envisager un quelconque développement était simplement d'atteindre la grotte. De la route principale, une rivière de bon débit nous en sépare. Ce cours d’eau n'étant pas d’un type qui se traverse à gué, par une gravière ou par un pont, notre premier essai aura été de rouler sur une toute petite route pour contourner la colline, derrière la grotte. Nous sommes arrivés dans un très vieux village où nous avons demandé à des locaux la direction vers la grotte, mais ils n'en avaient aucune idée. Nous avons donc serpenté à l’intuition, à flanc de colline. Près du sommet, nous avons réalisé que ce serait trop raide, pénible et trop long pour descendre jusqu’à la grotte. Cette option n’offrait aucun bénéfice à la remontée, au regard d’un accès direct depuis la route principale. Nous avons donc fait demi-tour et avons décidé d'essayer une traversée « aquatique ». Au jeu du tirage au sort, Josh, seul en lice, a gagné le pompon. Malgré le courant rapide, il atteint l’autre berge. Nous avons alors pu installer une tyrolienne avec une corde fixe. Nous avons ensuite fait notre chemin à travers les buissons, traversé une voie ferrée et continué à défricher la colline escarpée, jusqu'à la grotte. Notre premier mot a été WOW ! C'était beaucoup plus grand que ce que nous pensions depuis la route, à la mesure des quelques grandes cavités qui ont jalonné mon parcours. Nous pouvions déjà envisager de nombreuses lignes à l’appui de telles concrétions, telles fissures, dans le respect des évidences tracées par une nature suffisamment créatrice.



Dans les jours qui ont suivi, avec Daniel, un grimpeur / équipeur local, nous avons créé le chemin d’accès qui a nécessité de sérieux lacets et quelques cordes fixes pour rendre la montée moins pénible. Nous avons aussi installé un vrai câble pour la tyrolienne. C'était un challenge intéressant, mais aussi une bonne opportunité de ne plus être redevable de cette commodité, pour en avoir utilisées de nombreuses de part le monde. Nous avons pu trouver tout l'équipement et les outils nécessaires dans une quincaillerie à Nis.


  • Equipement

- 1ère voie :

Enfin, nous avons attaqué l’équipement ! Nous avons commencé avec un itinéraire au milieu de la grotte. Il était très évident et pratique à équiper / nettoyer car moins raide que le reste. En à peine deux jour, la première voie est sortie du néant.

- 2ème et 3ème voies:

Tout à droite de la grotte, nous avons équipé une voie jusqu'au bout du toit. C'était vraiment physique et difficile d’équiper dans un gros plafond ! c'était là, une première pour Josh et moi. Nous devions trouver les positions d’équilibre appropriées, nous obligeant à conjuguer des gainages en 3 dimensions, tout en faisant preuve d’une imagination gestuelle visionnaire pour placer les points d’assurances aux endroits les plus pertinents. Le nettoyage nous a pris beaucoup de temps, à cause de l’inclinaison et parce qu’il y avait malheureusement une bande assez morcelée de rocher d’une moins bonne qualité.

- 4ème voie:

Nos yeux se sont focalisés sur une fine mono-colo à gauche de la grotte, suivie plus haut par un dièdre dans le toit. C'était motivant à équiper, mais encore une fois la partie du toit était assez harassante, physique et l’objet de quelques bouteilles musculaires.


- 5ème voie:

Vers la fin du séjour, nous avons cédé à la tentation d’équiper une série de colos à gauche de la 1ère voie. La ligne était prometteuse, pas trop raide, donc l’équipement fût plus commode, tout comme le nettoyage. Mais voila, nous avons cassé l'une des colos, ce qui a rendu la voie… beaucoup plus difficile.


  • Extras

6ème et 7ème voies: Dans les derniers jours, les amis serbes se sont joints à nous; Ainsi Slobodan et Daniel ont ajouté deux voies faciles aux secteur, en dessous de la terrasse de départ de notre 2ème voie.

8ème voie: la ligne résultera d’un travail d'équipe : nous avons mis les premiers points, et Daniel a promis de finaliser l’équipement quand il reviendra sur le secteur.



  • Escalade

Au bilan, la grotte est dure ! Nous avons enchainé seulement 1 voie sur les 5 que nous avons équipées.

- "1st rule of fight club", 7a+. Cet itinéraire est le premier que nous avons équipé, enchainé l’une après l’autre avec Jelena. C'est une voie assez homogène avec un mouv un peu plus dur au milieu, idéal pour l'échauffement.


- " Beavis and butthead ", bon gros projet, 8b+ au premier relais (?) 9a au deuxième relais (?), situé à l'extrême droite, en deux parties. La ligne a un début assez intense jusqu'à un mouvement lointain, suivi d’un bon repos. Une autre section dure permet d’atteindre les grands trous dans le toit. On trouve un bon repos avec un double coincement de genou dans le premier relais. Après cela, la voie continue jusqu'au réta du toit, avec quelques mouvements durs jusqu'à une fissure nette en toit avant le réta. Jusqu’au deuxième relais, la voie devrait être un sérieux 9a, voire plus. … mais la ligne était mouillée quand nous l'avons essayée.


- " No name ", projet 8c (?). A gauche de l'échauffement. Celui-ci commence très facile jusqu'à un repos sans les mains et devient de plus en plus difficile avec des prises inconfortables, pour une section très à doigts et puissante. La fin se relâche après un dernier crux pour passer un petit réta.

- " Blind contorsion ", projet 8c (?). C’est surement notre voie préférée, celle où nous avons passé le plus de temps. Elle commence sur une mono-colo sympa, assez rési jusqu'à un très bon repos sur un bac inversé. Le crux de la voie se trouve sur la section suivante, puissante avec des grands mouvements sur verticales pour atteindre un bon trou inversé. Un autre bon repos engage la partie en toit, qui est un peu difficile et étrange mais très amusante une fois résolue ! Tout est résolu, mais un mouv me résiste dans l’enchaînement… will come back.

En résumé

Notre séjour en Serbie, a été accompagné par des gens avec qui nous avons passé du bon temps : Escalade avec l'équipe de Belgrade, ouvertures à la grotte avec Daniel, vadrouilles avec les Casettas, barbecues chez Nesa et Gaga, dîners à Burka et surtout, beaucoup de temps passé avec Djuk et Velko ... Un grand merci pour tous ces moments de complicité !

Proverbe Serbo-Hélénique,

« Les ouvertures ayant en Hellénie épongé goujons et plaquettes, le stock se trouva fort dépourvu lorsque la Serbie fût venue »

J’adresse donc un grand merci à Petzl d’avoir réussi à nous acheminer un sérieux paquet de points jusqu’en Serbie…un challenge bien moins simple qu’il n’y parait.


Voici la vidéo de notre étape grecque: