Ski hike, Briançon, France

A World Less Traveled

20 novembre 2017

Je viens de commencer un tour du Monde. Un rêve de gamine que je pensais trop utopique pour être réalisable. Puis le temps a passé, et à force d'en évoquer la faisabilité avec Josh, le concept a pris forme et nous nous sommes lancés. En toutes choses, je me suis toujours dit que la difficulté n'est que ce qu'on se la représente. Début 2016, nous avons décidé de le faire, mais je ne voulais pas commencer son organisation avant les championnats du Monde de Bercy. En dépit de mes blessures, je voulais restée focalisée sur cet objectif-là. En cela, j'avais peur que mes motivations en soient détournées par la recherche des sites de rêves autour du Monde. Peu après la clôture de Bercy, j'ai passé une longue série de soirées devant mon ordinateur ou à lire des livres référents, ou encore à prendre contact avec mes aînés et amis internationaux.

Nous avons listé les lieux agissant comme des coups de foudre, donnant l’envie de toucher, pouvant nous stupéfier par leurs aberrations géologiques, pouvant nourrir nos imaginaires de lithophages, pour la grimpe, pour le fun, pour du temps pris à simplement regarder et s'émouvoir, pour l’audace d’un crux insensé, pour un peu d’une liberté éphémère ou durable, pour des sommets aussi, nous offrant des vues sur des horizons sans limite, ou des hauteurs écrasantes nous permettant autre chose que réduire notre vie à la compréhension citadine que l’on s’en fait. Nous voulions un trip pour nous repaître sans limite d’imagination.

Nous avons donc cherché un maximum d'infos (météo, accès, visa, vaccins, risques, médications, premiers secours, isolement, autonomie etc.) et avons mis les destinations bout à bout, dans un ordre assez logique. Même si dans le passé, déjà très jeune, j'ai eu la chance d'avoir énormément voyagé tout le tour de notre planète, j'ai très souvent gardé un sentiment de frustration, pour n'avoir jamais assez eu le temps de profiter de tous les coins de nature visités. Avec des disponibilités max de 10j à 2 semaines que je négociais au préjudice de ma scolarité, et après les temps de voyages et d'acclimatations, il ne me restait que trop peu de jours effectifs pour que s’exprime ma motivation.

Pendant la planification de ce trip, nous avons donc décidé de passer 1 mois en moyenne par destination. Dans cette première configuration, le trip était parti pour durer 3 ans... plutôt chouette… mais très long à notre avis si nous voulions revenir dans nos milieux professionnels respectifs à notre retour. J'ai aussi besoin que puisse s'exprimer ma curiosité scientifique. Nous avons donc sacrifiées ou raccourcies quelques destinations. Nous avons aussi sacrifié la France et les Etats-Unis, estimant qu'il nous restera encore bien des années pour explorer tous les recoins de nos deux "chez nous".

Au final, nous y voilà ! la mouture la plus minimaliste augure d’un tour du Monde de 18 mois… et les sacs sont prêts, excessivement lourds pour répondre à toutes nos motivations… trop lourd, ça ne passera jamais…

Bien sur, pour respecter ce planning et ne pas trop manquer de temps sur la fin, ni manquer les températures optimums à certains endroits, nous allons suivre cette trame. L'avantage et l'intérêt de partir si longtemps dans tellement d'endroit, est aussi de laisser une certaine flexibilité pour des opportunités proposées par des rencontres fortuites en chemin. Voici donc, sur cette carte, notre plan de voyage avec les lieux et les périodes prévisionnelles.


Avec nos vies dans nos bagages, nous allons, grimper (bloc, voies, grandes voies, big wall, trad,...), randonner, atteindre des sommets, explorer, goûter les spécialités, aider les communautés grimpantes locales et documenter notre trip tout du long. Sous le nom Cold House Media, nous allons filmer (et photographier) dans un style documentaire et vidéo de trip, et nous allons créer notre propre source médiatique qui va montrer non seulement nos challenges individuels de grimpeurs, mais aussi notre voyage ensemble. Ainsi, pour chaque destination, nous allons créer une vidéos montrant notre séjour et notre ressenti. Puis, tout à la fin du trip, nous souhaitons faire un vrai film racontant l'histoire de cette année et demie de notre vie. Nous nous sommes également liés à Epic TV pour réaliser des vlogs (courtes vidéos "lifestyle", peu éditées) pour partager au plus près notre aventure à raison d'une à deux fois par semaine. Pour suivre nos aventures au plus près, rendez-vous sur notre site internet A World Less Traveled.

Plus que jamais, je remercie mes sponsors pour leur accompagnement EB, Luxov, Petzl, Gramicci et Volx Holds qui ont choisi de m'accompagner spécifiquement pour cette aventure outdoor au quotidien.