Ski hike, Briançon, France

Petzl Roctrip : Prilep

22 février 2015


Petzl RocTrip

Après l’Argentine en 2012, et une année de pause, le Petzl Roctrip a repris en 2014 avec un gros projet itinérant dans les pays de l’Est pendant 6 semaines. La caravane Petzl a traversé Roumanie, Bulgarie, Macédoine, Grèce et Turquie au terme de 10 étapes regroupant bloc, grandes voies, couennes et deep water. Mes disponibilités n’étant malheureusement pas extensibles, j’ai choisi de me rendre sur deux de ces étapes : Prilep en Macédoine, dont je n’avais jamais entendu parler, et les Météores en Grèce qui m’ont toujours fait rêver ! J’ai rejoint la caravane avec Josh, présent à ce moment en France. Nous avons décidé de prendre l’avion jusqu’à Athènes, puis rouler jusqu’en macédoine avec une voiture de location, pour ensuite redescendre aux Météores et repartir d’Athènes.


Nous avons atterri en fin de journée puis avons roulé 2h30 de nuit jusqu’à un petit port de pêche, Raches, où nous avons passé la nuit à l’hôtel Scala. Au réveil, nous avons profité du calme et de la vue sur ce petit port très mignon, avant de repartir pour 6h de route jusqu’à notre destination en Macédoine. Après une route surprenante (voir la description plus bas) nous arrivons enfin à Prilep. En faisant des détours dans la ville, nous avons croisé une petite fête et des vans Petzl. Il ne nous a pas fallu longtemps pour voir que toute la team était là. Nous sommes sur la cérémonie d’ouverture de l’étape. Timing parfait ! Le trip peut commencer !



Caractéristiques du site

Le spot de Prilep, dont j’ignorais l’existence, est un des principaux sites de bloc des Balkans. Il est de plus en plus développé depuis les 7 dernières années. Il s’étale sur une toute petite zone géographique, et à l’image de Bishop ou de Castle Hills, ce sont des blocs posés sur une colline, comme posés là pour les grimpeurs. Le rocher est un mélange de Gneiss et de Granite, allant du blanc au noir, en passant par le beige, le orange ou le verdâtre, suivant les secteurs.

Les couleurs locales sont les moutons et les biquettes venant brouter au pied des blocs, et les kilos de tabacs séchant sous des bâches tout au long des routes environnantes.

Accès

  • L’aéroport le plus proche est à Skopje, la capitale macédonienne. Il est possible de louer une voiture depuis l’aéroport. Il reste à rouler environ 2h au sud sur les routes M3, M1/E75 et M5/E95.
  • Il est aussi possible, comme nous l’avons fait avec Josh, d’atterrir à Athènes, puis de louer une voiture et de remonter la route 1 pendant 2h, pour rejoindre la E75, par laquelle on atteint, après 4h supplémentaires, la frontière au niveau de Evzonoi (en Grèce) et Gevgelija (en Macédoine). Aux contrôles à la frontière, il faut payer une carte verte pour faire entrer le véhicule dans le pays. Il reste à remonter l’E75 une petite heure, puis continuer sur la route A1 encore 1 heure à l’est jusqu’à Prilep, par une route parfois en terre un peu cabossée. Les sites sont situés sur les collines au nord de la ville, à une dizaine de minutes.

Logement

Un campement a été installé lors du Roctrip, dans un champ au pied des collines, mis à disposition par un hôte local. Pour l’anecdote, nous y sommes arrivés assez tard et de nuit, installant la tente sans trop regarder. La première nuit, il a plu des trombes d’eau... détrempant complètement la tente et les duvets. Josh a fini la nuit dans la voiture, mais moi je ne me suis rendu compte des dégâts qu’à mon réveil le matin. Nous avons passé la première partie de la journée dans la voiture avec le chauffage à fond pour tout sécher.

Même si je doute qu’il y ait un camping à l’année, il y a de nombreux hôtels, auberges et même appartements à louer dans la ville à seulement une dizaine de minutes des premiers secteurs.

Commodités

La ville de Prilep est assez grande, avec un centre-ville sympathique où se trouvent des boulangeries avec des viennoiseries locales (souvent salées), des épiceries, des cafés toujours bien vivants, un marché et des magasins en tout genre qui semblent sortis d’une autre époque.

La grimpe

Le site compte plus de 500 parcours ouverts (... et beaucoup plus à développer) répartis sur 5 secteurs, en deux endroits distincts : le long de la route R1312 couvrant la majorité des secteurs, et d’autres le long de la R1303.

Un topo a été édité à l’occasion du Roctrip, créé par les principaux développeurs slovènes du site. On trouve des infos intéressantes et une carte interactive très précise sur climbing macedonia. La fiche descriptive du camp de base du Petzl Roctrip précise de nombreuses informations pratiques et un peu d’historique. Il est aussi possible de télécharger un aperçu du topo avec une petite sélection de blocs. On trouve également l’adresse email pour commander le topo. Les blocs sont de toutes tailles, et pour tous les blocs ouverts et référencés sur le topo ou le site internet, la réception est toujours bien sécurisée.

Le secteur Kamena Baba

Après avoir séché vêtements et duvets durant notre première matinée, nous décidons d’aller juste visualiser les blocs, à 10 minutes à pied du camping ! Nous découvrons une colline avec des centaines de blocs comme posés là pour des grimpeurs. Le caillou me fait penser à un mixte entre les cristaux de Targassone et les grains de Bishop. Il y en a... à perte de vue ! Comme une évidence, nous redescendons à la voiture chercher les chaussons et un crash pad, pour tâter quelques lignes, avant le coucher du soleil.



Nous retournerons sur ce secteur lors de notre 3e et dernier jour. Nous nous y aventurerons un peu plus loin, sur des blocs plus hauts, dans un paysage plus plat et plus ouvert. N’y rencontrant personne, nous profiterons de la tranquillité pour faire du volume dans des blocs petits mais jolis. Nous ne nous aventurerons pas dans les plus beaux blocs, car trop haut pour notre niveau de sécurisation... et de réception au sol avec seulement notre unique crash-pad.

Le secteur Dabnica


Le deuxième jour, nous partons avec quelques copains de la bande dans le secteur Dabnica. Nous avons dû prendre la voiture pour rejoindre en 20 minutes cette colline avoisinante. Ce secteur propose moins de blocs, éparpillés au milieu d’une végétation plus haute. Le rocher y est plus gris et le grain est moins fin qu’au secteur Kamena Baba. Nous découvrons encore une fois un maximum de lignes différentes, et Josh se laisse attirer par la ligne Kula Sheika Bula, 8a+, qu’il tente sous les conseils de Mike et Cédric, et qu’il réalise en quelques essais seulement. Avec les filles, on s’entête jusqu’à la nuit tombée sur une arête qui n’aura pas résisté à nos assauts.

Au camp Petzl, la petite troupe profite d’une soirée film pour découvrir les aventures des copains, et d’une soirée musique autour du feu, à se raconter des histoires de grimpe, et ainsi apporter une conclusion bien conviviale à une belle étape dans ce coin inattendu.

Voici la vidéo de cette partie du trip :