Ski hike, Briançon, France

Retour aux sources

1 septembre 2016

Suite à notre voyage en Norvège en août dernier et ma saison de compétition 2015 écourtée pour blessures au genou et à l’épaule, j’ai dû arrêter au 1er septembre la grimpe et toutes activités sportives faisant appel aux jambes pendant une durée indéterminée, et d’au minimum 3 à 4 mois. Après plus d’un an de recherche de la source de ma blessure et une première opération du genou en janvier 2015, aucun diagnostic n’avait été formulé. C’était donc le repos forcé. Cette inactivité obligatoire a duré 4 mois, incluant une deuxième opération d’un genou. J’ai donc pris le temps de me ressourcer et de revenir à mes racines et mon inspiration première : la falaise.

Jusqu’à fin avril, et sans grandes ambitions, j’ai navigué avec envie sur les différentes falaises Montpelliéraines ou parfois plus éloignées, allant de petits projets à la journée, voire quelques projets un peu plus long. J’ai ainsi pu découvrir la falaise du Thaurac, à côté des grottes des Demoiselles, mais aussi remettre mes chaussons sur mes secteurs préférés de « Secret spot » ou aux Joncas. Voici un condensé des sorties en milieu naturel entre amis, que le manque m’a particulièrement fait savourer lors de ces quelques mois de latence et d’impatience…

Les sorties

- Une reprise tranquille m'a permis de varier mon activation. Accompagnée de mon père, j’ai pu me remettre au contact de la verticalité par deux via-ferratas de l’Hérault : Lunel et Thaurac. La première se fait au-dessus de la rivière, offrant un cadre très sympa et frais, dont il serait judicieux de venir profiter en été. La deuxième se fait près des grottes des demoiselles, présentant des sections sous-terraines remontant des tubulures dans le noir, quelques ponts de singe et tyroliennes, et des passages un peu gazeux. Nous avons été agréablement surpris par la qualité et la diversité technique de cette via-là.


- Lors d'une journée à Fontainebleau avec Mélissa, on a pu retrouver mes amis américains Jimmy, Kasia, ainsi que Jan.


- Bien que le site existe depuis plusieurs dizaines d’années, j'ai grimpé pour la première fois au Thaurac. Je n'ai posé mes chaussons qu'au secteur de l'Aigle avec Léo, et au secteur Miroir d'Argentine avec Raphaël, Frank et Camille. J’y ai trouvé la grimpe très classe, projetant ainsi des retours pleins de potentiel.


- Je peux dire la même chose de l'Hortus, dont j'ai pu découvrir les grandes voies avec Josh, à l’occasion d’un shooting avec Raphaël. J’ai pourtant été très active sur près de 150 sites, mais je ne me lasse pas de l’envie pour ce que la nature a façonné… et se prête à l’imagination de belles gestuelles.


- Comme chaque année, les membres du team EB se sont retrouvés pour le rendez-vous annuel. Cette fois-ci, on a posé nos chaussons à Cantobre. Ce fut un super week-end, une nouvelle opportunité pour tous, de se retrouver, et se régaler sur cette Mecque à mono, bi, et autres poches et cupules de toutes tailles. C'était chouette de revoir les anciens, les fidèles de la motivation, et aussi d'accueillir Camille dans la Team ! Coéquipière parfaite pour s’éterniser plus longuement sur le caillou en fin de journée... alors que les mecs se laisseraient plutôt tentés par un retour au chaud… pour bivouaquer autour de l'apéro. A noter que nous étions logés dans le bel hôtel « midi-papillon » où nous avons été particulièrement bien accueillis, dans un endroit plein de charme.


- Week-end famille super sympa avec Josh, mon père, mon frère et l’ami Fred. Nous sommes allés sur mon site montpelliérain favori, et ce fut une bonne occasion pour faire une cordée à 3 avec Thom et Fred pour enchaîner les longueurs du mur dalleux de la magnifique « Vidourlade »,7a+, 7b, 7b.


- Les jours fériés de mai offraient de longs week-ends encore cette année. Sur l'un deux, Josh et moi hésitions entre le Verdon et Fontainebleau. La météo capricieuse oblige, nous avons opté pour la deuxième destination. Logés chez Mélissa, malheureusement absente pour une coupe du monde, on a pu bien s'occuper de son petit chat… hyperactif ! Dans la forêt, j’ai surtout voulu beaucoup grimper pour profiter de la reprise. C'était une occasion idéale pour revoir mes classiques et reprendre confiance en mes articulations, épaules, genoux, mais aussi une occasion plus technique de minimiser musculairement mes équilibres par ma pose de pied.


Les voies

- Partout sauf ailleurs, Secret Spot, 7b+. Nouvelle voie du secteur du perché, particulièrement jolies et diversifiée, avec une zone en dalle assez lunaire, agrémentée des seules pustules et réglettes dont on a besoin pour rester dans la cotation.


- Bang Up, Joncas, 7c+. Une voie que j’avais un peu négligé lors de mes première visite car elle ne se trouve pas sur le mur des voies dures, mais elle n’en est pas moins très sympa avec la remontée d’une large mono-collo, suivie d’une section technique originale pour passer un petit toit.


- Le Rituel, 8a+ au secteur de l’Aigle au Thaurac, 8a+ avec Léo. Bien que le site existe depuis plusieurs dizaines d’années, c’est la première fois que je grimpais au Thaurac, et j’ai trouvé ça très classe et plein de potentiel.



- Mandarine , au secteur miroir d'Argentine au Thaurac, 8b, classique. Nous étions sur le secteur pour un shooting photo pour Gramicci avec Raph' et Frank. Nous avions initialement choisie la voie pour la beauté de son tracé et la qualité de son rocher, la gestuelle n'en est pas moins très technique et intéressante. Pour l'anecdote, je suis partie dedans avec Raphaël pendu au-dessus sur sa corde pour prendre des photos, mais voyant que j’enchaînais, il n'a pas osé me demander de m'arrêter pour prendre la pose. C’était ma première expérience de shooting spécifique, et me prêtant au jeu, je me suis convaincue de pouvoir encore plus accentuer la qualité de mes placements, pour répondre à des sensations techniques de moindre effort… à voir ce qu’en dit le photographe !


- Guilhem traine dans la Rhue, Secret Spot, 8a. Voie qui ne capte pas forcément l’attention, à la bordure gauche de ses illustres voisines de l’interminable mur de Baygon. Elle offre, elle aussi, des envolées en dalle à « sensations »… très sympathiques.

(la Rhue : présente sur les pentes et terrasses du vallon du Verdus, c’est une touffe/arbrisseau à fleur jaune, pouvant engendrer, plusieurs heures après son contact, et après exposition au soleil, des brûlures cutanées du premier degré, voire du deuxième. Il faut notamment veiller à ne pas se frotter les yeux ou les lèvres)


- World Traits Center, Secret spot, 8b+. Vu mon état et en 2 fois 2runs séparés d’un mois, il m’aura fallu m’employer pour le calage spécifique de cette ligne, essentiellement pour solutionner les deux sections blocs de départ et de fin du premier mur/dévers. Cette ligne, peu renseignée par des locaux avertis, a été peu abordée, et mes solutions restent très exigeantes en technicité sous forte charge. Après la sérieuse rési du premier mur dévers, le reste du mur dalleux n’a rien à envier aux lignes voisines. Lévitation parfois, décision souvent, et sérieuse conti font le menu, rejoignant par cette accumulation gestuelle, le concentré hors-classe de lignes majeures du secteur Baygon.


Chaque sortie aura été placée sous le signe de la progression de mes moyens… voulus très faibles à chaque fois, mais à améliorations constante… et pour une fois , ça a tenu ! Maintenant je suis pleinement déterminée et engagée dans mes objectifs compétitifs, mais j'ai aussi vraiment hâte de pouvoir me consacrer essentiellement à mes terrains de jeux favoris...enfin!

Les crédits photos reviennent à Josh, mon frère, mon père, Alex B., Raphael Fourau et Sam Bié.